22/02/2006

Le Best-Of de la SF

Le Dieu venu du Centaure

Par Philip K. Dick (1969)

Leo Bulero, pourvoyeur du D-Liss, une formidable drogue hallucinogène, règne sans partage sur les délires d'une humanité devenue preque folle. Aux télépathes clairvoyants ou aux colons misérables exilés sur Mars, il dispense une fuite salvatrice.

Tout se gâte cependant le jour où un certain Palmer Eldritch revient après dix ans d'exil au sein du système proxien. Il vient apporter aux hommes une autre drogue, véritable secret du bonheur. Comme il l'affirme lui-même, Dieu promet la vie éternelle, lui la dispense...
Mais qui est vraiment Eldritch ? Un imposteur, un magicien fou, une nouvelle divinité ? dans un monde où réalité et illusion n'ont plus de frontière, tout est possible...

Ce qui fait la particularité des romans de Dick, c’est que, pour passionnants et divertissants qu’ils soient, ils n’en sont pas moins les illustrations des recherches métaphysiques de leur auteur. Une quête de sens tournant autours des grands thèmes de la phénoménologie et de l’existentialisme que l’on peut résumer en deux questions : Qu’est-ce que la réalité ? Qu’est-ce qu’un humain ?

Partant du constat cartésien que la perception de notre environnement est de nature subjective, et que nos sens peuvent être trompés, rien ne prouve que la réalité telle que nous la connaissons n’est pas une illusion. Les héros dickiens sont plongés dans des mondes aux réalités volatiles, insaisissables.

Dans ce domaine, le roman le plus aboutit est sans nul doute "Le Dieu Venu Du Centaure", pure écriture de la folie, monde en décomposition, rongé par l’entropie dans laquelle se noient des personnages victimes de réalités fuyantes, emboîtement de mondes gigognes inlassablement illusoires.

Dans le même genre et du même auteur, vous trouverez :
- "Ubik"
- "L'Oeil dans le Ciel"
- "Au bout du Labyrinthe"

07:51 Écrit par Fabrice Kauffmann | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.