22/02/2006

Le Best-Of de la SF

Le Dieu venu du Centaure

Par Philip K. Dick (1969)

Leo Bulero, pourvoyeur du D-Liss, une formidable drogue hallucinogène, règne sans partage sur les délires d'une humanité devenue preque folle. Aux télépathes clairvoyants ou aux colons misérables exilés sur Mars, il dispense une fuite salvatrice.

Tout se gâte cependant le jour où un certain Palmer Eldritch revient après dix ans d'exil au sein du système proxien. Il vient apporter aux hommes une autre drogue, véritable secret du bonheur. Comme il l'affirme lui-même, Dieu promet la vie éternelle, lui la dispense...
Mais qui est vraiment Eldritch ? Un imposteur, un magicien fou, une nouvelle divinité ? dans un monde où réalité et illusion n'ont plus de frontière, tout est possible...

Ce qui fait la particularité des romans de Dick, c’est que, pour passionnants et divertissants qu’ils soient, ils n’en sont pas moins les illustrations des recherches métaphysiques de leur auteur. Une quête de sens tournant autours des grands thèmes de la phénoménologie et de l’existentialisme que l’on peut résumer en deux questions : Qu’est-ce que la réalité ? Qu’est-ce qu’un humain ?

Partant du constat cartésien que la perception de notre environnement est de nature subjective, et que nos sens peuvent être trompés, rien ne prouve que la réalité telle que nous la connaissons n’est pas une illusion. Les héros dickiens sont plongés dans des mondes aux réalités volatiles, insaisissables.

Dans ce domaine, le roman le plus aboutit est sans nul doute "Le Dieu Venu Du Centaure", pure écriture de la folie, monde en décomposition, rongé par l’entropie dans laquelle se noient des personnages victimes de réalités fuyantes, emboîtement de mondes gigognes inlassablement illusoires.

Dans le même genre et du même auteur, vous trouverez :
- "Ubik"
- "L'Oeil dans le Ciel"
- "Au bout du Labyrinthe"

07:51 Écrit par Fabrice Kauffmann | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

20/02/2006

Le Best-Of de la SF

La Machine à explorer l'Espace

Par Christopher Priest (1976)

1893. Victoria règne sur un empire aux dimensions du monde. Le savant Percival Lowell clame l'existence de canaux artificiels à la surface de Mars. Expédiés sur la planète rouge par une machine à explorer le temps passablement rétive, Edward et la charmante Amelia, citoyens de Sa Majesté, y découvrent stupéfaits les préparatifs d'une invasion de grande ampleur visant la Terre. La guerre des mondes est imminente...

 

Les deux jeunes gens parviendront-ils à regagner l'Angleterre pour déjouer les plans des sinistres envahisseurs ? Sauront-ils découvrir le point faible des tripodes, les terribles machines de guerre martiennes ? Edward pourra-t-il enfin avouer ses nobles sentiments à l'élue de son coeur ? Et que fait donc H.G. Wells himself, terré dans la végétation rouge des bords de la Tamise ?

 

C'est en 1974, à la parution de "Le monde inverti", son troisième roman, que Christopher Priest reçoit l'attention du public et de la critique, qui saluent ce roman original. L'auteur se consacre ensuite à l'écriture de "La Machine à explorer l'Espace", un roman hommage à H.G. Wells qui se rattache à l'univers de "La Machine à explorer le Temps" et "la Guerre des Mondes".

07:56 Écrit par Fabrice Kauffmann | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Le Best-Of de la SF

L'Homme dans le Labyrinthe

Par Robert Silverberg (1970)

Muller vivait depuis neuf ans dans le labyrinthe. Maintenant, il le connaissait bien. Il savait ses pièges, ses méandres, ses embranchements trompeurs, ses trappes mortelles. Depuis le temps, il avait fini par se familiariser avec cet édifice de la dimension d'une ville, sinon avec la situation qui l'avait conduit à y chercher refuge.

 

Tous les hommes qui avaient tenté de pénétrer dans le labyrinthe de Lemnos avant Muller étaient morts d'une façon atroce. Tous ceux qui avaient essayé de l'y rejoindre par la suite avaient été massacrés. Aujourd'hui, Ned Rawlins a reçu l'ordre de ramener Muller sur la terre, sa planète natale. Qui, neuf ans auparavant, l'a impitoyablement chassé...

07:38 Écrit par Fabrice Kauffmann | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Le Best-Of de la SF

Le Maître du Haut-Château

Par Philip K. Dick (1962) - Prix Hugo 1963 

La seconde guerre mondiale a été gagnée en 1947 par l'Axe, et l'ouest des Etats-Unis vit calmement sous l'occupation japonaise. Les Japonais collectionnent les antiquités yankees, donnant lieu à un juteux trafic de fausses pièces authentiques. Et très nombreux sont ceux qui consultent un oracle, le Yi-King ou Livre des Changements, afin de les aider à prendre une décision importante.

 

La seule fausse note à cet ordre apparent semble être La Sauterelle Pèse Lourd, roman d'un certain Hawthorne Abendsen qui décrit un univers parallèle dans lequel les Alliés ont remporté la victoire en 1945. Bien qu'interdit chez les Nazis, tout le monde, à commencer par les Nazis eux-mêmes, lit ce roman.


L'antiquaire Robert Childan ne l'a pas lu. Il se prétend trop occupé par ses affaires : vendre aux Japonais ces objets historiques dont ils raffolent. Il considère que la race blanche est supérieure, mais se comporte obséquieusement avec l'occupant.

 

Nobusuke Tagomi est un des clients de Childan. Attaché commercial, taoïste convaincu, il doit composer entre ses devoirs bureaucratiques et ses convictions morales.

 

Frank Frink fabrique des faux objets historiques (qui se retrouvent parfois dans le magasin de Childan). Il vit dans la peur de tomber aux mains des nazis, car il est juif. Son ex-femme Juliana, elle, est à la fois légèrement paranoïaque vis-à-vis des hommes et incapable de se passer de compagnie masculine. La liaison qu'elle entame avec ce bizarre routier italien va la mener jusqu'à Abendsen.

Ce sont les principaux personnages, dont les actes, les décisions, la force ou la faiblesse morale, vont affecter leurs semblables, voire le monde. Et leur perception de ce monde va s'en trouver modifiée.

 

NDR : Si le principe de l'uchronie vous intéresse, je vous invite également à lire "La Part de l'Autre" de Eric-Emmanuel Schmitt.

07:33 Écrit par Fabrice Kauffmann | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Programmation

Migration vers ASP.NET 2.0

Ayant souffert comme beaucoup du passage de ASP.NET 1.1 vers 2.0, j'ai ouvert un second blog couvrant le sujet...

Voici l'adresse : http://vs2005.skynetblogs.be

 

07:31 Écrit par Fabrice Kauffmann | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

13/02/2006

Tutorial

Colorier un dessin au trait dans Photoshop

Outils requis : Corel Bryce 5.5, Adobe Photoshop 6 ou +

Le personnage principal a été dessiné et scanné en TIFF noir et blanc 600 DPI. D'habitude, j'utilise seulement du papier à dessin de 224 gr, une gomme tendre et une pointe graphite pour l'ébauche, et un Pilot 0.7 pour l'encrage.

 

Une fois scanné, l'image est importée dans Photoshop. Pour la retailler, on convertira celle-ci en niveaux de gris (Image, Mode, Grayscale) puis en RGB (Image, Mode, RGB Color).

 

En changeant de palette de couleur, l'image sera lissée lorsqu'on changera sa taille (Image, Image Size). Par défaut, lors de l'ouverture d'un fichier TIFF, l'image se trouve sur le background.

 

Utilisez CTRL-A, CTRL-X et CTRL-V pour la déplacer sur une nouvelle couche. Supprimez la bordure du personnage à l'aide de la baguette magique, avec une tolérance de 10.

 

Le fond de l'image est généré avec Bryce. Pour cette scène, j'ai simplement choisi le ciel "Summer in the Midwest" et utilisé une texture liquide "Soamy Seawater" pour le sol. L'image a ensuite été exportée en format PSD, ouverte dans Photoshop puis collée dans une nouvelle couche de notre scène, sous le personnage.

 

Pour donner un style BD au fond, utilisez le filtre Artistic, Cutout avec les réglages suivants :
- No. of Levels : 8
- Edge Simplicity : 0
- Edge Fidelity : 3

 

Nous allons ensuite coloriser le personnage en jouant sur la saturation des couleurs afin de lui donner un aspect nocturne. Utilisez la commande Image, Adjust, Hue/Staturation. Cochez l'option Colorize et réglez les sliders jusqu'à obtenir la teinte désirée.

 

Pour obtenir l'aspect rougeoyant des yeux, créez une nouvelle couche. Tracez un cercle à l'aide du lasso. Choisissez un dégradé circulaire du rouge vers le noir et remplissez le cercle. Rétrécissez-le verticalement à l'aide de la commande CTRL-T puis appliquez une légère rotation pour l'incliner. Répétez l'opération pour l'autre oeil et ceux du cheval.

 

Enfin, une belle police manuscrite s'impose pour votre signature. Vous trouverez votre bonheur sur le site www.dafont.com

07:39 Écrit par Fabrice Kauffmann | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

10/02/2006

Wallpaper

Le wallpaper de la semaine

Une petite improvisation sur le thème de la Planète Géante de Jack Vance (voir ci-dessous). Toutes ces images réalisées avec Bryce commencent à se ressembler et je pense que je vais peut-être repasser à la 2D.

 

Il me reste quelques dessins à l'encre que j'aimerais scanner et retravailler. On verra plus tard ce que ça peut donner... si j'ai un peu de temps libre...

07:33 Écrit par Fabrice Kauffmann | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |